Espace membre

Rester connecté Mot de passe perdu ? | Créer un compte
 

 

 

logo-alsace.jpg

 

Saint Arbogast et le fils de la veuve

Saint Arbogast

 

En l'an 676, Saint Arbogast était malade dans son lit : une pauvre veuve supplia qu'on la mit en présence du saint évêque ; elle voulait lui présenter une requête, dans une grande peine qu'elle avait.
Arbogast, père et protecteur des veuves et des orphelins, accorda volontier à la pauvre femme ce qu'elle demandait et la fit approcher de son lit de douleur.

Tout en larmes, elle lui raconta que son fils unique, faussement accusé de vol, était mort comme un criminel sur la "côte du bourreau". L'auteur véritable du vol était retrouvé et l'innocence de son fils reconnue, mais hélas ! trop tard. Elle priait le saint évêque d'ordonner que les restes de la victime innocente, enfouis sous le gibet, fussent exhumés et déposés en terre bénie.

Arbogast accueillit favorablement le récit touchant de la mère affligée et la consola en ces termes : "Bonne mère, ne te tourmente plus pour ton enfant ; on fera quelque chose pour lui, car j'irai moi-même me coucher à son côté."
Deux ans après, Arbogast mourut ; comme il  a été raconté plus haut, il se fit enterrer sous le gibet, sur la côte du bourreau. Mais sur ce terrain de la Justice s'éleva plus tard la chapelle Saint Michel, et ainsi fut exaucé le voeu de la pieuse veuve, et ainsi fut tenue la promesse de l'évêque qui avait dit que son fill reposerait à son côté en terre bénie. 

 

 

Texte issu de l'ouvrage "Légendes d'Alsace" d'Auguste Stoeber.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau