Espace membre

Rester connecté Mot de passe perdu ? | Créer un compte
 

 

 

logo-alsace.jpg

 

Grandes armes de Strasbourg

imgp1448-2.jpg

Les grandes armes de Strasbourg sont un écu d'argent soutenu par deux lions d'or, avec au-dessus un casque ouvert surmonté d'une couronne d'or, aux deux côtés de laquelle sont des ailes de cygne ; l'écu est traversé en diagonale par une bande rouge (le chemin rouge).
D'après les anciens chroniqueurs et la tradition orale, l'écu d'argent est une allusion au nom d'Argentina (ville d'argent) et la bande rouge rappelle la voie sanglante, ouverte par Attila au travers de la ville ; selon d'autres, elle évoque le sang versé par les bourgeois de la ville pour la Religion et les libertés. 
Et Grandidier, dans son "Histoire de l'Eglise de Strasbourg", dit que : " Strasbourg doit ses armoiries à ses évêques. Ceux-ci s'étant engagés dans les croisades, sur la fin du douzième siècle, portèrent sur leurs bannières des armoiries qui pussent les faire distinguer des autres prélats." Or, les armes des évêques étaient un champ rouge et une bande d'argent. La ville en les adoptant aurait donc renversé l'ordre des couleurs. 

 

 

Texte issu de l'ouvrage "Légendes d'Alsace" d'Auguste Stoeber.

 

 

Vieilles prédictions au sujet de Strasbourg

De tous temps, de terribles batailles sanglantes seront livrées autour de Strasbourg.

Près du Rhin, à Strasbourg, le sort de l'Europe sera décidé pour longtemps. Il coulera de tels flots de sang que les chevaux y entreront jusqu'au poitrail. Charles-Quint, apprenant en même temps le siège de Vienne par les Turcs et l'investissement de Strasbourg par les Français, s'écria: «Pour choisir l'une des deux villes, c'est Strasbourg que je sauverai! Sans quoi, ce sera fini de l'empire!»

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau