Espace membre

Rester connecté Mot de passe perdu ? | Créer un compte
 

 

 

logo-alsace.jpg

 

Un quartier enclavé avec une configuration spéciale

 

La Montagne Verte, étirée le long de la Route de Schirmeck, est constituée d'une mosaïque de micro-quartiers distincts tant sur le plan de l'urbanisme que de la population résidente. L'exemple le plus fulgurant est celui du Murhof, en face de la cité sensible se trouve un ensemble calme et résidentiel ! De ce fait, comme la plupart des quartiers strasbourgeois, la Montagne Verte voit la juxtaposition des grands ensembles HLM et des lotissements de maisons individuelles.

 

Chaque entité développe un sentiment d'appartenance relativement fort, elle offre un cadre de vie de qualité et recèle un patrimoine architectural et historique qui marque le paysage urbain et la mémoire collective.

 

La Montagne Verte compte 12 micro-quartiers :

Auberge de jeunesse, Flassmatt, Foulons, Gliesberg, Henri Sellier, Holtzmatt, Molkenbronn, Murhof (cité), Murhof (résidences), Nid de cigogne, Roethig et Saint Arbogast.

 

 

Le quartier de la Montagne Verte, comme bon nombre de quartiers n'echappe pas à une configuration spéciale.

Il s'étire en longueur (sur 3 km) le long de la Route de Schirmeck, 5 cours d'eau et 3 voies de chemins de fer rendent la configuration du quartier particulièrement obsolète qui l'enclave complètement.

Cette configuration spéciale pose un très gros problème au quartier. La Route de Schirmeck qui constitue le coeur du quartier est l'axe routier le plus engorgé de Strasbourg aux heures de pointe. Cela pour plusieurs raisons : pour la proche banlieue de Strasbourg, il s'agit du point de passage obligé pour se rendre vers la ville, la Route de Schirmeck étant la structure du quartier, elle doit absorber le trafic des vehicules sortant des rues connexes qui n'ont d'autre choix que de passer par là. Déjà dans les années 70-80 des associations d'habitants se sont mobilisées pour se faire entendre pour que la ville règle le problème de cette Route de Schirmeck.

Plusieurs possibilités ont été envisagées pour résoudre le problème : le passage du tram depuis la station Montagne Verte sur toute la Route de Schirmeck pour l'emmener vers Lingolsheim, ce projet irréalisable tant sur le plan financier que sur le plan des travaux en eux-mêmes (démolition de plusieurs dizaines de bâtiments, rétrecissement des trottoirs, impossibilité du trafic des vehicules) a été très vite adandonné, la construction du GCO (Grand Contournement Ouest de Strasbourg, prévu pour désengorger l'autoroute A35, il pourrait avoir un impact sur la Montagne Verte) déclaré d'utilité publique en 2008, les travaux devaient débuter en 2009 puis repoussés à 2012, mais il a été abandonné cette année là par le nouveau gouvernement. En 2013 resurgit le projet du GCO sous une autre forme, peut-être un espoir

Artère principale du quartier, la faiblesse de la Route de Schirmeck n'a pas manqué de se répercuter sur les quartiers qui vivent dans son sillage et qui subissent de plus en plus ses influences néfastes.

 

 

Petite parenthèse : la Route de Schirmeck (D392) a une triste renommée car elle mène comme son nom l'indique à Schirmeck mais plus précisément au camp nazi de Struthof-Natzweiler, ouvert le 21 avril 1941, le seul camp nazi de France qui a compté 59 camps annexes ferma ces portes début septembre 1944 car devant l'avancée rapide des soldats alliés, les nazis évacuent le camp mais les camps annexes continueront de fonctionner. Au total plus de 52 000 personnes ont été déportées vers le camp du Struthof, 22 000 de ces déportés y ont été exterminés.

Commentaires (1)

GUIBARD
  • 1. GUIBARD | 21/08/2014

Je souhaite faire un commentaire concernant la route de Schirmeck.
Habitant à Strasbourg depuis vingt ans, dont dix à la Montagne-Verte (quartier du Roethig), je ne comprends pas le refus (implicite) de la ville de faire en sorte que cette route soit désengorgée. Qu'il s'agisse du GCO (indispensable pour remédier à la pollution dont est touché ce quartier et ses enfants, souffrant de pathologies respiratoires en raison des particules fines et des nombreux chemins de fer), de la construction d'une sortie d'autoroute pour la ville d'Ostwald, d'un passage Elsau-Montagne-Verte ou de toute autre construction humaine envisageable (tunnels, viaducs, ponts) - il s'agit de projets totalement réalisables, si la volonté politique y est.
Or, rien n'est fait. Absolument rien.
Cette semaine un immeuble s'effondre sur cette horrible route de Schirmeck. Cela fait trois jours que la circulation y est cauchemardesque, malgré les vacances scolaires. Une véritable prise d'otage. Dans d'autres villes et d'autres pays, cela fait longtemps que la circulation aurait été rétablie. Ici, rien ! J'apprends que la circulation pourrait être perturbée jusqu'au 5 septembre en raison de cet effondrement d'immeuble (construit sans fondations, sur du gravier, il faut espérer que ce n'est pas le cas des autres constructions sur la route de Schirmeck). Y a t-il une seule âme de décideur dans cette municipalité qui pense aux personnes obligées de se rendre en ville tous les jours et qui pour des raisons de famille (nombreuse), de santé (handicap ou maladie) ne peuvent prendre que leur véhicule ou le bus ????

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau