Espace membre

Rester connecté Mot de passe perdu ? | Créer un compte
 

 

 

logo-alsace.jpg

 

Nouvel An : bilan de la nuit

Dispositif policier et réglementaire

Comme à chaque nouvel an, Strasbourg bénéficie d'un dispositif policier renforcé. L'année dernière, le dispositif avait été considérablement allégé par rapport aux années précédentes : passant de 3 000 policiers appuyés par 2 hélicoptères et 1 drone à un dispositif de 650 policiers appuyés d'un hélicoptère.

Le dispositif de l'année dernière est reconduit cette année.

Devant la destruction récurente des radars de vitesse, bornes et portiques écotaxe, le préfet du Bas-Rhin a annoncé une surveillance particulière de ces installations pour la Saint-Sylvestre.

 

Concernant les artifices, 2 nouveaux arrêtés identiques sont entrés en application dans les 2 départements alsaciens. Ceci pour répondre aux 2 décès survenus en Alsace lors du nouvel an 2012, des 70 blessés plus ou moins graves et de la différence de législation entre le Bas-Rhin et le Haut-Rhin.

Ainsi les règles sont durcies pour les fêtes de fin d'année mais s'assouplissent un peu pour le reste de l'année.

Toute la législation en la matière est disponible sur notre page spéciale. Ainsi qu'une page sur la prévention des risques.

 

Concernant la vente au détail de carburant, cette année, contrairement aux années précédentes, aucun arrêté préfectoral n'interdit la vente au détail de carburant pour la nuit du 31 décembre au 1er janvier dans les communes sensibles de la CUS.

 

A nouveau, le bilan humain de la Saint-Sylvestre est très lourd en Alsace : 1 mort à Sarre-Union et 2 blessés à Saverne et Herrlisheim après des accidents avec des mortiers d'artifice, des dizaines de blessés grave et autant de blessés plus légers.

 

Strasbourg

La nuit de Noël a été globalement calme, excepté dans les quartiers sud de Strasbourg ou l'on dénombre une dizaine de voitures incendiées.

La Saint-Sylvestre s'est déroulée sans incident notable hormis au Neuhof où des affrontements très durs se sont produits, voir des scènes de guerre, où du moins une guerilla urbaine. Des affontements ont aussi éclaté à la Montagne Verte et dans le quartier du Wirhel à Ostwald. 

Les débordements habituels ont été relevés dans les quartiers sensibles de la ville ; Hautepierre, Cronenbourg, Neuhof, Meinau, Montagne Verte, Koenigshoffen, Elsau.
La situation se constate désormais tous les ans : globalement la ville se calme. Les violentes émeutes fin des années 1990 début 2000 ne se constatent quasiment plus à Strasbourg, sauf dans le quartier du Neuhof ou la situation reste critique ces dernières années.

 

Les chiffres officiels des voitures brûlées font état d'une cinquantaine de véhicules détruits (62 sur tout le département), mais ces chiffres sont nettement inférieurs à la réalité. Selon les chiffres qui nous sont parvenus, environ 160 voitures ont été réellement détruites dans l'agglomération strasbourgeoise. 

Les chiffres des pouvoirs publics n'ont aucune légitimité car ils ne prennent en compte que très peu d'incendies de véhicules. Pour mieux comprendre, il faut regarder le système de comptabilisation des incendies de véhicules   

La Ville de Strasbourg a publié un communiqué dans lequel elle fait état d'une légère baisse du nombre de véhicules incendiés. Les quartiers les plus touchés serait le Neuhof, puis Hautepierre et la Musau. Les quartiers de Koenigshoffen et de l'Elsau n'auraient enregistré aucun incendie, toutefois le mobilier urbain a été dégradé. Le réseau CTS n'aurait pas connu d'incidents. Deux incendies d'appartements dû aux artifices sont a déplorer à Hautepierre et au Neuhof.

 

Au niveau des blessés par artifices, on en dénombre une trentaine à Strasbourg. Les medecins ont constaté une baisse des admissions par rapport à l'année dernière mais des blessures beaucoup plus graves.

Concernant les interpellations, il y en a eu 44, parmis lesquelles, 33 personnes (une dizaine de mineurs et une vingtaine d'adultes) ont été placées en garde à vue à Strasbourg pour dégradation de biens publics, violences à l'encontre de personnes dépositaires de l'autorité publique, incendies de véhicules.

 

Condamnations

La première condamnation pour un caillassage des pompiers s'avère clémente, malgré les réquisitions du procureur qui demandait une peine exemplaire.
Un jeune homme de 18 ans a été condamné par le TGI de Strasbourg le 3 janvier à 10 mois de prison avec sursis pour avoir caillassé les pompiers au Neuhof. A la barre, un des pompiers attaqué a témoigné. "C'était la guerre" a-t-il notamment expliqué.

 

 

Centre-ville
Les pompiers intervenant sur un feu de poubelle rue de Neuchâtel ont été caillassés. Le feu n'a pu être éteint qu'après intervention de la police.

Neuhof
Situation très tendue au Neuhof, pompiers et policiers ont fait état de scènes de guerre ou pour le moins de guerilla urbaine. La police a été caillassée et les pompiers ont été victimes d'une tentative de meurtre. Appelés pour un incendie d'appartement rue Schach, à leur arrivée, il s'avère que l'incendie est fictif et se retrouvent encerclés par un groupe d'une cinquantaine de personnes armées de pavés et de mortiers, qui ont également tenté de forcer l'ouverture des portes du camions pour s'en prendre directement aux pompiers. Les portes ont résistées ainsi que les vitres renforcées, ce qui a permis d'éviter le pire.

Au total 17 impacts ont relevé sur la grande échelle (appellée EPA dans le jargon professionnel). Un autre véhicule a été caillassé alors qu'il intervenanit sur un feu de voiture rue Ingold.

L'embuscade tendue aux pompiers n'a même pas fait l'objet d'un article dans la presse le lendemain, ni même relatée par les autorités, le préfet du Bas-Rhin (et d'Alsace) Stephane Bouillon affirmant qu'il n'y avait pas eu d'incident notable !!!

Le syndicat autonome des pompiers du Bas-Rhin dénonce fermement ses actes dans un communiqué où on peut y lire "un pavé, c'est une agression, 17 pavés, c'est une tentative de meurtre". Le président du syndicat a pris la parole à l'antenne de Top music le 2 janvier pour faire connaître cette véritable tentative de meurtre au public. 

L'intersydicale des pompiers a envoyée une lettre au préfet du Bas-Rhin et préfet de la Région Alsace, Stéphane Bouillon. La lettre est disponible ci-dessous.
Courrier des pompiers au préfet

 

Pour rappel, l'année dernière les pompiers de Mulhouse ont également été victimes d'une tentative de meurtre. Voir notre page sur le bilan du nouvel an 2013. Cela fait plus de 20 ans que les pompiers subissent régulièrement dans les quartiers strasbourgeois caillassages et autres agressions, et moins fréquemment des tentatives de meurtre, cela fait quelques années que l'on avait pas vu de tels agissements à Strasbourg.

Pour faire face aux émeutes et guerillas urbaines, il existe dans certaine villes comme à Mulhouse le plan Violences Urbaines. Plan qui prévoit une escorte systématique des pompiers par la police dans les quartiers sensibles. Si la police ne peut pas se déplacer, les pompiers n'interviennent plus.

EPA caillassée

EPA caillassée

 

Sarre-Union

Un homme de 29 ans est décédé en manipulant un mortier. Après l'allumage, la bombe logée dans le mortier n'est pas partie immédiatement, il s'est alors penché au-dessus. Une manoeuvre strictement interdite par le mode d'emploi ! L'artifice est finalement parti, lui explosant la tête. Une enquête judiciaire a été ouverte. Alors que deux autres enquêtes sont en cours pour les 2 décès survenus dans les mêmes conditions en 2013.

Les pompiers venant à son secours ont quand à eux ont été la cible de tirs tendus de mortier sur le trajet. Une enquête est en cours et a permis l'identification des 3 tireurs présumés. Le 2 janvier, ils ont tous été interpellés et placés en garde à vue. Deux d'entre eux ont été déféré devant le parquet le 3 janvier et placé en détention provisoire avant leur comparution immédiate le 6 janvier. Le troisième a été mis hors de cause.

 

Condamnations

Les 2 jeunes hommes de 23 et 26 ans ont été condamné le 6 janvier par le TGI de Saverne à 1 an de prison ferme avec mandat de dépôt pour le premier et 8 mois de prison dont 6 avec sursis et mise à l'épreuve pour le second, pour avoir effectuer des tirs tendus de mortiers contre les pompiers.

 

Colmar / Mulhouse / Cernay
La situation était également très tendue dans ces villes, où pompiers et policiers ont été victimes de tirs tendus de mortiers, de caillassages et de jets de cocktails molotov. Les chiffres officiels font état d'une dizaine de voitures détruites à Colmar et d'une trentaine de voitures brûlées à Mulhouse (53 sur tout le département).

 

Condamnations

Un jeune homme de 25 ans a été condamné le 3 janvier par le TGI de Mulhouse pour avoir effectué des tirs tendus de mortier contre des policiers. La condamnation s'élève à 1 an de prison ferme avec mandat de dépôt, il doit également verser 1 000€ au policier touché au casque par un tir de mortier, et verser 500€ au titre des dommages et intérêts aux 3 autres fonctionnaires qui se sont portés partie civile. 

Commentaires (3)

Cliquer,cliquer,cliquer
  • 1. Cliquer,cliquer,cliquer | 05/01/2014
Un nouvel an très chaud à Strasbourg surtout au Neuhof http://www.youtube.com/watch?v=Ef-Gmvwl0s4&feature=c4-overview&list=UUckD5o0zheebaAsY31XVJzw cliquer le lien cliquer,cliquer,cliquer !!!
Coca
  • 2. Coca | 01/01/2014
Un nouvel an super et en bonus aucun flic
Coca
  • 3. Coca | 30/12/2013
Surprise pour demain à partir de 18h

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau