Espace membre

Rester connecté Mot de passe perdu ? | Créer un compte
 

 

 

logo-alsace.jpg

 

News en direct de Strasbourg (et Grand Strasbourg)

RCS : PERTE DU STATUT PRO

Jafar Hilali, président du Racing Club de Strasbourg avait annoncé le 9 juin devant la DNCG la volonté d'abandonner le statut professionnel du club. La DNCG lui avait laissé 24h pour revenir sur sa décision. Chose qu'il n'a pas faite.
Néanmoins, la procédure prévoit la demande de dérogation pour le maintient du statut pro jusqu'a 15 jours après le dernier match de la saison, donc dans ce cas jusqu'au 11 juin 2011. 

La DNCG va rétrograder le RCS en CFA avant de transmettre le dossier à son homologue fédéral qui gère les clubs amateurs.
Dans l'immédiat, le RC Strasbourg est donc devenu un club amateur, tous les joueurs sont par conséquent libérés, le centre de formation va fermer ses portes et le club ne peut plus remonter en Ligue 2 avant 2 ans.
Si d'ici le 30 juin, le club n'est pas vendu, Hilali s'adressera au Tribunal de Grande Instance de Strasbourg pour signifier la cessation d'activité du club. Avec un tel scénario, si le club pouvait repartir, ce serait sous un autre nom et au mieux en Division d'Honneur. 

Roland Ries, maire de Strasbourg a fait un communiqué de presse : 

« Le président du Racing-Club de Strasbourg, M. Jafar Hilali, vient de prendre une série de décisions qui porte gravement atteinte aux intérêts du football professionnel à Strasbourg et dans notre région.

Il a successivement annoncé, ces deux derniers jours, l’abandon du statut professionnel du Racing, sa décision de ne pas équilibrer les comptes du club entraînant automatiquement une rétrogradation en CFA ainsi que sa volonté, le moment venu, de ne pas faire appel de cette décision. Il est allé jusqu’à déclarer qu’il déposerait le bilan de la SASP dès les premiers jours du mois de juillet entraînant probablement une nouvelle relégation administrative qui pourrait signifier la disparition complète du Club. Il a, au même moment, rejeté une offre sérieuse de reprise pourtant supérieure au montant qu’il avait lui-même acquitté pour acquérir un club alors encore professionnel et en Ligue 2.

Il serait particulièrement injuste que ces décisions du président de la SASP, incompréhensibles et non expliquées, pénalisent durablement le club, son association support et, plus généralement, le football professionnel à Strasbourg.

J’ai saisi, en concertation avec le président de l’association support du Club, les instances nationales du football de cette situation. Compte tenu des événements de ces deux derniers jours, j’ai demandé à Alain Fontanel, adjoint en charge du dossier, d’approfondir en urgence les différentes options sur lesquelles il travaille déjà depuis plusieurs semaines pour sauver le club. Nous poursuivrons, dès ce week-end, nos échanges avec l’ensemble des acteurs concernés par ce dossier à Strasbourg, dans notre région et au niveau national.

Les instances nationales du football doivent prendre acte que le président de la SASP a, au regard de ses dernières déclarations, failli dans ses responsabilités au regard du football professionnel à Strasbourg. Elles doivent aider à trouver une solution permettant, d’une manière ou d’une autre, à l’association support, dont la situation financière est saine, de poursuivre son activité de formation et d’assurer la continuité du football professionnel à Strasbourg.

A l’heure où le club rencontre d’importantes difficultés, mes pensées vont aux salariés du club, aux joueurs qui ont été exemplaires, à tous les supporters et aux différents partenaires du Racing qui, tous, ont continué à soutenir le club dans un contexte particulièrement difficile. Je compte sur eux, ainsi que sur les actionnaires minoritaires du club, pour participer à la reconstruction du Racing-Club de Strasbourg. »

 

RCS : MAINTIEN IN-EXTREMIS DU STATUT PRO

Alors que tout semblait annoncer la mort du football professionnel à Strasbourg, Jafar Hilali, président du RCS a demandé in-extremis à maintenir le statut pro du club, quelques heures avant la fin du délai légal. Des négociations sont en cours sur la revente du club. Mais tout reste incertain, ce sursis va durer combien de temps ? Qui va devenir éventuellement propriétaire du club ? Quelles suites du dossier ?
Autant de questions qui restent en suspens autout du club ou tout peut basculer en quelques heures ! 

 

MANIF DES USAGERS DE LA ROUTE : IMPORTANTES PERTURBATIONS

Les usagers de la route étaient appellés à manifester le samedi 18 juin partout en France contre la politique de sécurité routière du gouvernement. Une manifestation qualifiée d'historique car le mot d'ordre était l'unité de tous les usagers de la route : motos, voitures et poids-lourds.

A Strasbourg, la police a fait état de 1 600 manifestants, en très grande majorité des motards, accompagnés par des quads et des voitures, le rendez-vous était donné au Stade de la Meinau (ou d'ailleurs, le parking n'était pas assez grand pour accueillir tout les manifestants) pour une operation escargot jusqu'à Mundolsheim via l'A35 et l'A4, puis un retour au Stade de la Meinau par le même trajet.. Au total, 7 km de bouchons cumulés ont été comptabilisés sur les autoroutes strasbourgeoises, de nombreuses perturbations ont été enregistrées dans la ville de Strasbourg.

 

BOXE : NOUVEAU TITRE MONDIAL POUR NADYA

Un an après son titre mondial WBF, la Strasbourgeoise Nadya Hokmi (33 ans, maman d'un petit garçon de 8 ans et animatrice petite-enfance à la Ville de Strasbourg) est devenue championne du Monde WIBF des super-mouches, le 18 juin à Lingolsheim, en battant l’Allemande Julia Sahin (37 ans) aux points. Face à une adversaire courageuse, la boxeuse du BCA Lingolsheim a dominé son combat du début à la fin.

 

HAUTEPIERRE  : 1 900 LOGEMENTS CHANGENT D'ADRESSE

Le Plan de Rénovation Urbaine (PRU) du quartier de Hautepierre entraîne le changement d'adresse de près de 1 900 logements dans le quartier. Les changements débuteront au printemps 2012 par la maille Karine et devraient se terminer fin 2014.

Au total, 8 places et boulevards vont disparaitre, une 9e place va être renommée. Disparaitra dans la maille Karine le boulevard Ronsard, dans la maille Catherine, les places Flaubert, Stendhal, Chateaubriand et le boulevard Balzac disparaitront et seront supprimés dans la maille Jacqueline les places Byron, André-Chénier, le boulevard Dostoïevski et sera renommée la place Buchner.

En octobre 2011, les habitants pourront voter pour les noms des rues qu'ils souhaitent. Au total, 30 rues, places, squares, allées... seront rebaptisés. selon la Ville de Strasbourg, les habitants s'approprieront plus facilement les noms si ils peuvent les choisirs que si ils sont imposés d'en-haut.

Cette opération va poser un certain nombre de problèmes : la modification de tous les certificats d'immatriculation des véhicules et la réi-immatriculation de tous les véhicules ayant encore un ancien numéro de type 123 ABC 67 qui passeront donc au nouveau système du type AA-123-AA, ce qui implique la paiement d'une redevance de 2,5 euros par carte grise. La Ville de Strasbourg réfléchit comment amortir certaines conséquences financières pour les habitants comme justement le changement d'immatriculation.

Les services de la Ville ont entammé une réflexion visant à alléger les démarches administratives des habitants pour qui'ls ne soient pas livrés à eux mêmes puisqu'ils vont changer d'adresse bien malgré eux.
La Ville travaille également avec les bailleurs sociaux, la caisse d'allocation familiale, le centre médico-social... auxquels elle pourrait directement communiquer les nouvelles adresses sans l'intervention des habitants concernés. La Poste qui a également été associée à la démarche assurera durant la période de transition, la distribution du courrier quelque soit l'adresse indiquée (ancienne ou nouvelle).

Ce changement d'adresses de grande envergure est un fait unique à Strasbourg et en France, puisqu'il n'existe aucun précédent à ce jour. Strasbourg a dû inventer une véritable procédure afin de ne pas mettre brutalement 1 900 foyers devant le fait accompli. Celle-ci servira peut-être d'exemple pour d'autres villes ou des projets de rénovation urbaine futurs.

 

LE RACING RETROGRADE EN CFA

Le RC Strasbourg a été rétrogradé administrativement en CFA par la DNCG. Jafar Hilali, le président du club a été auditionné par la DNCG le 22 juin, devant laquelle il a présenté un budget en déficit d'un million d'euros.
Cela fait la 2e fois en 2 ans que le club est rétrogradé en CFA, en 2010, il avait été remonté administrativement quelques jours après sa rétrogradation, mais ce coup-ci, tout semble perdu, si d'ici le 30 juin le club n'est pas vendu, il sera alors en cessation de paiement, puique Jafar Hilali ne souhaite plus injecter d'argent dans le club. Jafar Hilali a évoqué la possibilité d'un dépôt de bilan du club.

 

LE RACING VENDU, MAIS PAS ENCORE SAUVE

Sebastien Graeff PDG d'une société de mailing a racheté le Racing Club de Strasbourg à Jafar Hilali. Ce dernier qui en demandait 10 millions d'euros l'a finalement cédé pour 1,6 million d'euros, accompagné d'une prime de 1,5 million d'ueros si le RCS remonte en Ligue 2 et une autre prime du même montant si le RCS remonte en Ligue 1, et ceci sans limitation dans le temps.

Mais le nouveau propriétaire du racing a pour premier objectif de remonter le club en National lors du passage devant la DNCG puisque le RCS a fait appel de la décision de la rétrogradation en CFA.
En même temps, le tribunal de commerce de Strasbourg devrait rendre son jugement sur l'éventuel dépôt de bilan du club qui conduirait à la liquidation judiciaire si les comptes ne sont pas très rapidement équilibrés par Sebastien Graeff.

 

CENTRALE DE FESSENHEIM : L'ASN DONNE LE FEU VERT SOUS CONDITIONS 

 

L'Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) a autorisé sous conditions la poursuite d'exploitation du réacteur n°1 de la centrale nucléaire de Fessenheim à l'issue de la 3e visite décenale. Cette visite s'est déroulée du 17 octobre 2009 au 24 mars 2010. Le compte-rendu aurait du être rendu en avril 2011, mais repoussé en raison de l'accident nucléaire de Fukushima. Depuis le 16 avril 2011, le réacteur n°2 de la centrale de Fessenheim est lui aussi inspecté pour sa 3e visite décénale.

Dans son rapport autorisant la poursuite d'exploitation de la tranche n°1 sous conditions, l'ASN pose des obligations : au total, 40 mesures techniques devront êtres réalisées pour que le réacteur n°1 puisse fonctionner 10 ans de plus.

Parmi ces 40 prescriptions, EDF devra faire réaliser avant le 31 décembre 2012 des dispositions techniques de secours permettant d’évacuer durablement la puissance résiduelle en cas de perte de la source froide et avant le 30 juin 2013 le renforcement du radier qui est la dalle de béton sur laquelle a été construit le réacteur «afin d’augmenter sa résistance au corium en cas d’accident grave avec percement de la cuve». Le corium est un mélange de combustible et de matériau de gaines de combustibles qui se forme en cas de fusion du coeur du réacteur si le refroidissement est insuffisant. Le radier de Fessenheim est le plus fin de France avec 1 m d'epaisseur contre 2,5 à 3 m pour les autres centrales.

A Fessenheim, le radier devra donc être renforcer par l'ajout d'une couche de béton d'un mètre sous le radier existant, une opération encore jamais réalisée sur un site nucléaire en activité en France.

La centrale de Fessenheim qui est la plus ancienne de France puisqu'elle a été mise en service en 1977 fait couler beaucoup d'encre, du fait de sa situation géographique : sur une zone sismique (la centrale est conçu pour résister à un séisme de 6,7 sur l'échelle ouverte de Richter, soit un séisme 5 fois plus puissant que le séisme de Bâle en 1356 qui avait une magnitude de 6,2) et construite en-dessous du niveau du Grand Canal d'Alsace (8 mètres en contre-bas).

Un scénario catastrophe imaginé par l'ASN montre qu'en cas de séisme majeur, la centrale pourrait perdre ses systèmes de refroidissement, la digue de protection de la centrale pourrait céder, inondant le site sur une hauteur d'un mètre. Conduisant ainsi à un accident nucléaire majeur.

Au total les travaux obligatoires pour la poursuite d'exploitation du réacteur n°1 reviendraient à au moins 100 millions d'euros. La décision définitive du gouvernement sur l'exploitation ou la fermeture du site sera prise en novembre 2011, lors de la fin de l'audit sur la sûreté des centrales nucléaires françaises.

 

UN ETUDIANT ESCALADE LA CATHEDRALE

Un jeune homme de 23 ans a escaladé à mains nues et sans aucun dispositif de sécurité la cathédrale de Strasbourg, jusqu’au sommet de la flèche à 142 m de hauteur, le 8 juillet peu après 22 h devant plusieurs milliers de personnes qui étaient venus à l'origine admirer les illuminations d'été de la cathédrale.

C’est la 3e fois cette année que ce Strasbourgeois, étudiant en informatique, s’attaque ainsi aux façades gothiques du célèbre monument de la capitale européenne.
Selon la police, il aime se fixer des défis personnels. Son expédition d’hier soir a volé la vedette à l’orchestre des jeunes qui donnait un concert sur le parvis de la cathédrale.

Son escalade a aussi mobilisé une cinquantaine de fonctionnaires : pompiers (dont le GRIMP), SAMU, SMUR, police municipale et nationale qui ont tenté de l’empêcher de gravir la flèche pour prévenir tout accident. Car après être redescendu de lui-même vers 23h40 après avoir joué à cache-cache avec les autorités dans les coursives du bâtiment à plusieurs dizaines de mètres du sol, le jeune homme a avoué qu’il était légèrement alcoolisé ayant avalé trois bières avant de s’élancer, ravi d’avoir un public aussi nombreux. Lors de sa sortie sur le parvis de la cathédrale, il a été chaleureusement applaudi, tandis que les forces de l'ordre qui l'ont immédiatement interpellé ont été très fortement huées.
Le grimpeur agé de 23 ans, étudiant en informatique, n'a pas motivé son coup d'éclat et dit n'avoir agi que par pur plaisir et par défi. Prénommé Johann, il pratique régulièrement ce genre d'activités à risque.

Il encourt deux peines d'amende: l'une pour son état d'ébriété, l'autre pour avoir violé un arrêté interdisant d'escalader la cathédrale, qui est propriété de l'Etat. Cette dernière s'élèverait à moins de quarante euros. Le premier adjoint au maire de Strasbourg Robert Herrmann indique avoir pris attache avec le cabinet du préfet pour « alourdir les sanctions ». Il veut « mettre un coup de frein » rapide à ces actes qu'il juge « inacceptables ». « A chaque fois, cela mobilise quarante à cinquante fonctionnaires, rappelle-t-il. Ça coûte une fortune. »

 

L'ALSACE PLEURE LA MORT DU RACING

Le candidat au rachat du club Sébastien Graeff a annoncé le 11 juillet par communiqué qu’il renonçait à racheter le RC strasbourg. Le football professionnel est donc mort à Strasbourg sous la forme d’un communiqué qu’il a expédié aux rédactions le lundi 11 juillet à 17h28.

Le dépôt de bilan va être prononcé au plus tard lundi 18 juillet, il débouchera sur un redressement judiciaire (recherche d'un repreneur) ou sur une liquidation judiciaire (disparition pure et simple du club). Tous les joueurs et salariés sont libres et/ou chômeurs. Le centre de formation (qui a formé des joueurs présents en Equipe de France) ferme ses portes. Quand au Stade de la Meinau, il est encore trop tôt pour prendre une décision : à savoir si il sera détruit ou conservé pour éventuellement en faire un musée, les 2 possibilités avaient déjà été évoquées.

L'histoire du Racing Club de Strasbourg prend tristement fin en 2011 alors qu'elle avait débuté 105 ans plus tôt (en 1906). Le Racing possède un beau palmarès : Vainqueur de la Coupe de France en 1951, 1966 et 2001, Vainqueur de la Coupe de la Ligue en 1997 et 2005, Champion de France en 1979, Champion de France de D2 en 1977 et 1988.

 

Voici in extenso le communiqué envoyé il y a quelques minutes par Sébastien Graeff :

« La confirmation de la relégation du Racing en CFA date de 3 jours.

Compte tenu de la situation, la décision de la DNCG a été intransigeante. J’en ai pris la mesure et la portée.

J’étais conscient que le projet de ramener le Racing-Club de Strasbourg à la place qu’il mérite nécessiterait d’importants moyens et beaucoup d’énergie. J’ai pu mobiliser à la fois l’argent et les hommes. Cependant, il a toujours été clair pour moi que ces moyens devraient être consacrés en priorité à bâtir l’avenir et non pas à assainir le passé.

La presse fait écho ce week-end d’une plainte pénale envisagée par des actionnaires minoritaires contre Jafar Hilali. Cette action qui déteindra forcément sur le club remet en cause une cohésion difficilement obtenue et sans laquelle rien n’est possible.

Par ailleurs, j’apprends ce matin que le Tribunal de Commerce convoque le club lundi prochain à une audience en vue de l’ouverture d’une procédure de redressement ou de liquidation judiciaire. Cela, une fois encore, laisse peu de temps pour réagir.

J’ai aujourd’hui la conviction que le poids des difficultés passées ne permettra pas au club de redémarrer dans des conditions sereines et pacifiées. Ce constat m’impose de renoncer à porter le projet de reprise.

Avec mon équipe, j’ai travaillé dans des conditions difficiles où le temps nous était compté. Nous avons fait beaucoup malgré les délais et les obstacles. Cela n’aura malheureusement pas suffi.

Le Directoire convoqué pour mercredi prendra les décisions qu’il jugera opportunes concernant l’éventuel recours auprès du CNOSF et la procédure de redressement judiciaire ou liquidation.

Je remercie tous ceux qui m’ont aidé et soutenu, en particuliers les salariés du club. »

 

LE RACING VENDU POUR UN EURO

Jafar Hilali fait encore parler de lui pour la enième fois, il a vendu le RC Strasbourg le 11 juillet à Thomas Fritz, un ingénieur de 32 ans et fervent supporter du club.

La vente a été conclue pour un euro symbolique, le nouveau propriétaire du Racing s'est présenté à la Meinau devant les salariés et joueurs, il a été mal reçu, tout le monde étant à bout suite aux revirements intempestifs de dernières minutes que le club n'arrête pas de connaitre ses dernières semaines.

Thomas Fritz assure pouvoir réunir 20 à 30 millions d'euros, il voudrait gérer le club sur le modèle du FC Barcelone. Une très grande ambition au vu de la situation du RCS.

Quoiqu'il arrive, Thomas Fritz est désormais propriétaire du club et en est donc par conséquent le responsable, si le dépôt de bilan est prononcé (ce qui arrivera sans aucun doute), l'affaire coutera très très cher à l'ingénieur strasbourgeois.

 

LE RCS EN REDRESSEMENT JUDICIAIRE

Le 18 juillet, la chambre de commerce du Tribunal de Grande Instance de Strasbourg a statué sur le RCS. Il a été décidé le placement de la SASP Racing Club de Strasbourg en redressement judiciaire avec nomination d'un administrateur au vu du dépôt de bilan résultant de sa cessation de paiement. La prochaine audience est fixé au 22 août, le tribunal validera alors ou non le ou les projets de reprise, si aucun n'est retenu, la liquidation judiciaire sera alors prononcée. Le club, avant sa disparition totale serait alors immédiatement rétrogradé en Division d'Honneur régionale le temps que la liquidation judiciaire soit éxecutée et achevée.

Dans le cadre du redressement judiciaire enclenché le 18 juillet, un plan de cession va donc être organisé par l’administrateur Claude Maxime-Weil et ne portera que sur les actifs du club. Chaque repreneur potentiel qui se manifestera dans les jours qui viennent fera une offre de reprise des actifs de la structure en cessation de paiement (la Société Anonyme Sportive Professionnelle RCS) en définissant ce qu’on appelle un « périmètre de cession ». Celui-ci devrait inclure la marque « Racing Club de Strasbourg », du mobilier, du matériel et des emplois. Les dettes resteront à la charge de la SASP et disparaîtront avec elle. Le repreneur créera de son côté une nouvelle société.

D'ici là , le RCS présent en CFA dans le groupe B reprendra la compétition le 13 août contre Sochaux 2.

 

LA GRANDE MOSQUEE DE STRASBOURG OUVRE SES PORTES

La Grande Mosquée de Strasbourg est presque terminée, les fidèles pourront y venir le lundi 1er août 2011. En projet depuis 11 ans, la première pière avait été posée le 29 octobre 2004, la construction avait été suspendue entre janvier 2008 et mai 2009. Le chantier est désormais presque terminé, elle sera ouverte aux fidèles pour le ramadan (du 1er août au 5 septembre), puis elle sera fermée pour facilier l'achèvement des travaux.
La livraison du bâtiment devrait intervenir au plus tard en novembre, la date d'inauguration reste encore à fixer. L'édifice ne comporte pas encore de minaret, la construction avait été suspendue par la municipalité précédente et vient d'être autorisée par la municipalité actuelle. Mais le minaret sera bel et bien construit.

Le coût total de la mosquée s'élève à près de 12 millions d'euros financé à un tiers par des fonds privés, à un autre tiers par des fonds publics, quant au troisième tiers par des fonds étrangers.

La Grande Mosquée de Strasbourg est ainsi la plus grande mosquée de France et la 2e plus grande d'Europe après la mosquée de Rome.

 

ALERTE A LA BOMBE A LA CATHEDRALE : 1 AN FERME

Le samedi 6 août,, le secteur de la Cathédrale à Strasbourg avait été entièrement bouclé par la police à la suite d'une alerte à la bombe. L'appel était parvenu en début de soirée à l'hôtel de police vers 19 h 45. La cathédrale avait été minucieusement inspectée par la police avec l'autorisation du chanoine, car la police n'a pas le droit de renter dans un lieu de culte sans l'autorisation du responsable du lieu de culte en question. 
Le jeune homme ayant lancé l'alerte à la bombe se trouvait sur les lieux. Il a observé l'agitation autour de la cathédrale, avant de se présenter un peu plus tard à un policier comme étant l'auteur de la fausse alerte à la bombe.

Le jeune homme de 19 ans qui avait appelé la police, samedi soir, en prétendant qu’il venait de déposer une bombe dans la cathédrale de Strasbourg a été condamné à un an de prison ferme avec maintien en détention.

Le jeune homme n'a pas voulu expliquer son geste. "J'ai fait ça pour embêter la police", a-t-il simplement déclaré à la barre. Il s'est présenté comme agent de sécurité. Une information qui n'a pas pu être vérifiée, mais fortement mise en doute par son avocat au regard des 17 mentions à son casier judiciaire.
La défense avait demandé une expertise médicale, mettant en avant des problèmes de santé mentale, et a demandé au juge de tenir compte du jeune âge de son client. Une requête rejettée par le tribunal, le prévenu étant déjà sous obligations de soins psychiatriques jusqu'à la fin de l'année 2012.

Cette alerte à la bombe a provoqué un préjudice aux cafetiers qui ont vu leurs clients évacuer les lieux avec les verres en main, la plupart des consommations n'ont pas été payées.

 

LE RCS JOUERA EN CFA 2

Le Racing club de Strasbourg, dont on ignorait encore récemment en quel championnat il évoluerait cette saison 2011-2012, jouera finalement en CFA 2. C'est ce que vient d'annoncer Patrick Spielmann, président de l’Association Racing Club de Strasbourg, dans un communiqué. Il y a quelques jours, on apprenait que l'équipe de réserve du club appellée Strasbourg 2 évoluerait en CFA 2. Reste à savoir dans quels groupes de CFA 2 les équipes strasbourgeoises évolueront.

Lundi 22 août, le tribunal de grande instance de Strasbourg statuera sur le sort du RCS avec 2 solutions possibles : soit il arrête un plan de cession en faveur d'un des deux candidats à la reprise (Frédéric Sitterlé ou Thomas Fritz), soit le tribunal estime que les offres sont insuffisantes et il y aura liquidation. En attendant la décision de justice, tous les matchs officiels du RCS et RCS 2 sont suspendus.

Voici ci-dessous l'intégralité de ce communiqué :

"Suite à la position adoptée par la Fédération Française de Football lors de son Comité Exécutif de mercredi dernier, nous avons eu, ces derniers jours de nombreux échanges avec les principaux partenaires du Club.
L’intransigeance de la FFF à l’égard du Racing Club de Strasbourg et les incertitudes pesant sur l’avenir nous contraignent aujourd’hui à faire le choix d’un redémarrage du Club, dès cette saison, en CFA2.
Cette anticipation des conséquences à venir d’une liquidation à terme de la SASP devrait permettre de créer une dynamique positive sans risquer une nouvelle relégation dans un an. Elle permet de poser des fondations stables pour le Club répondant en cela aux attentes de M. Frédéric SITTERLE, principal soutien financier de l’Association et de son Centre de Formation.
Cette décision difficile, qui fait débat, doit permettre de reconstruire le Club dans la durée sans dépendre d’une clémence désormais peu probable de la Fédération.
L’Association continuera activement à défendre ses droits et ceux du Club auprès des instances nationales du football. Par ailleurs, elle mettra tout en œuvre pour que le Club puisse remonter le plus rapidement possible et retrouver l’élite du football français. "

 

LE RACING LIQUIDE !

Le Tribunal de Grande Instance de Strasbourg a prononcé la liquidation judiciaire de la SASP Racing Club de Strasbourg lors de l'audience du 22 août 2011.

Frédéric Sitterlé a racheté les derniers actifs du club, à savoir la marque RCS et le mobilier des bureaux, il va donc créer une nouvelle SASP. Cette nouvelle SASP jouera son premier match en CFA 2 le samedi 27 août 2011 à Forbach. Alors que l'équipe de réserve est rétrogradée en Division d'Honneur.

Cette liquidation judiciaire met un terme aux frasques de l'ancienne présidence de Jafar Hilali et de bien d'autres, le club peut donc désormais se reconstruire sur des bases saines. Le plus dur reste à faire.

 

UN TRAIN DERAILLE A LA CENTRALE DE FESSENHEIM

Un train a déraillé vendredi 26 août 2011 vers 12 h 40 sur la voie SNCF qui dessert la centrale de Fessenheim, sans faire de blessés ni de dégâts importants. Le déraillement est survenu dans un virage sur le site nucléaire au niveau de l'essieu de tête de convoi, lorsque deux roues ont quitté les rails. Deux à trois wagons ont quitté les rails, selon nos informations.

Le train transportait le stator d'un alternateur électrique, une pièce lourde (345 tonnes) et volumineuse (12 mètres de long et 3 de large) qui sert à convertir l'énergie mécanique et énergie électrique, produisant une tension de quelque 400 000 V. Cette pièce est installée dans la zone non nucléaire de la centrale.

L'incident a entraîné la mise en place d'une déviation sur le CD52, également appelé "route EDF", qui a été fermé à la circulation le temps que la SNCF remette le train sur les rails. Un camion de levage avec des vérins a été utilisé afin de procéder à cette opération en soirée.

 

AID EL-FITR : LA GRANDE MOSQUEE PAS ASSEZ VASTE

La Grande Mosquée de Strasbourg était trop petite pour accueillir plus 4 000 fidèles venus fêter l'Aid El-Fitr le 30 août 2011. La mosquée qui a une capacité d'accueil maximale de 2 000 personnes était remplie, alors que plus de 2 000 autres fidèles étaient rassemblés sur le parvis. Le maire de Strasbourg Roland Ries a prit la parole pour rappeler "le long cheminement de ce chantier" mais qui permet aujourd'hui à Strasbourg "d’inviter l’islam à table de la République, à égalité des droits et des devoirs avec les autres religions."
La grande mosquée va refermer ses portes durant 2-3 mois pour les travaux de décoration intérieure.

 

 

MAISON D'ARRET DE L'ELSAU : UN DETENU DORT A TERRE

Pour la première fois depuis son inauguration, en 1988, un détenu de la maison d’arrêt de Strasbourg a dû dormir à terre faute de lit disponible.

Cette première a eu lieu très exactement dans le quartier pour femmes de la prison où, depuis la fin de la semaine dernière, des prisonnières doivent se contenter d’un matelas à même le sol pour passer la nuit. Une situation d’engorgement qui touche tous les quartiers pour femmes de l’Est de la France, dénonce dans un communiqué l’Ufap/Unsa, le plus important syndicat du personnel pénitentiaire.

« Nous avions eu une première alerte au début de l’été, alors que depuis la création de l’Elsau, le personnel se faisait un point d’honneur à ne faire dormir aucun détenu à terre par respect de la dignité des personnes », nous a indiqué, hier, un représentant du syndicat.

Selon l’Ufap/Unsa, la maison d’arrêt compte 444 places mais, par rajout de lits, peut accueillir 798 détenus. Le quartier pour femmes, pour sa part, a 18 places mais en fait 36 lits qui ne suffisent plus. Pour tenter de désengorger l’établissement, trois détenues ont été transférées pendant le week-end vers la prison d’Epinal, le dernier quartier pour femmes à avoir des disponibilités. « Cela ne va pas durer car tous les autres quartiers pour femmes, à Strasbourg, Mulhouse, Metz et Nancy, sont au taquet. Les femmes qui nous sont confiées sont contraintes de dormir au sol comme des chiens », souligne Eric Gemmerlé, secrétaire général de l’Ufap/Unsa Grand Est.

Selon les derniers chiffres dont il dispose, à Mulhouse on compte 29 femmes détenues, 9 prévenues et 20 condamnées, pour 19 places. Ce mélange entre prévenues, en attente de jugement, et condamnées, est une spécificité des prisons françaises. « Les règles qui s’appliquent aux hommes sont totalement ignorées pour les femmes », explique un responsable syndical de l’Elsau. « Il n’y a pas de séparation entre majeures et mineures, ni entre prévenues et condamnées ou encore entre primo délinquantes et récidivistes, comme c’est obligatoire chez les hommes. De plus, nous avons actuellement deux femmes enceintes », poursuit-il.

En dénonçant publiquement cet état de faits qui n’est plus exceptionnel mais tend à devenir une banalité, le syndicat veut faire pression sur l’administration pour que la réalité des femmes en prison soit prise en compte, même si, heureusement, elles ne constituent qu’une toute petite minorité de la population carcérale.

 

JOURNEE DE LA SECURITE INTERIEURE

Le 8 octobre s'est tenu la journée de la sécurité intérieur. A Strasbourg, les divers corps de métier de la sécurité ont présenté au grand public leur travail. La démonstration de grande ampleur avait pour scénario une prise d'otages dans un bus de transports urbains, avec la participation de la police municipale, nationale, du GIPN, de la brigade cynophile de la gendarmerie, du SAMU, du GRIMP (pompiers) et de la sécurité civile avec l'hélicoptère Dragon 67.

Les pompiers, policiers, gendarmes, démineurs, secouristes y présentaient leurs matériels, leurs missions.

 

RC STRASBOURG / SPORTING SCHILTIGHEIM : RECORD D'AFFLUENCE

Le derby s'annonçait prometteur, promesse tenue ! Strasbourg s'est imposé 2 à 1 face à Schiltigheim. Le sporting qui avait ouvert le score à la 45e minute et dominé le match jusqu'a l'heure de jeu, avant que le racing ne reprenne le contôle du match. A out moment le match pouvait basculer d'un côté ou de l'autre.
Autre satisfaction de ce match, le record d'affluence : au total, 10 880 spectateurs présents à La Meinau, un record absolu pour un match de CFA 2, le précédent record d'affluence en CFA 2 datait du 3 septembre 2011, lors du match RC Strasbourg / AS Ilzzach Modenheim où 9 440 spectateurs étaient venus à La Meinau, le racing s'était alors imposé 4 à 1.

 

CNRS : SECURITE DU REACTEUR NUCLEAIRE EN QUESTION

Le CNRS est implanté sur les communes de Strasbourg et Schiltigheim. Sur le site, l'Université de Strasbourg possède un réacteur nucléaire de recherche, mis à l'arrêt définitif en 2006.

L'information a été divulguée par la chaine de télé M6 lors de son magazine Enquête Exclusive diffusé le dimanche 13 novembre 2011. Un ancien vigile du site accompagné de journalistes a réussi à s'approcher du bâtiment contenant le réacteur sans aucun problème. A l'entrée de la zone se trouve un garde qui ne contrôle personne alors que le réacteur ne serait pas démantelé. Ce qui poserait un important problème de sécurité si effectivement le réacteur était encore dans le bâtiment.

Selon l'Université de Strasbourg, le site est propre mais a refusé de divulguer les documents attestant le démantèlement du réacteur. Pour l'ASN (Autorité de Sûreté Nucléaire), le réacteur a bien été démantelé entre 2006 et 2008.

Qu'en est-t-il vraiment ? Le réacteur a-t-il été démantelé ? Si non, comment ce fait-il qu'un site sensible comme celui-là soit si facile d'accès ? Si dans le bâtiment se trouverait encore des matières radioactives, que ce passerait-il si quelqu'un en volerait ou tenterait de faire exploser l'installation ?

Autant de questions sans réponses posant le doute sur ce réacteur nucléaire et sur la sûreté nucléaire en général.

 

4e JOUR DE CARENCE : INAPPLICABLE EN ALSACE-MOSELLE

En cas d'arrêt maladie, les salariés du privé percevront désormais des indemnités journalières (versées par la Sécurité sociale) après un délai de carence de quatre jours, contre trois auparavant. Pendant ce délai de carence, les salariés du privé ne perçoivent pas d'indemnités.

Cependant, certaines entreprises, souvent les plus grandes, peuvent verser tout ou partie du salaire pendant cette période. Du côté du public, les fonctionnaires étaient jusqu’à présent indemnisés dès le premier jour d'arrêt, désormais une carence d'un jour leur sera appliquée. Cette mesure permettrait d'économiser 200 millions d'euros par an.

Mais bonne nouvelle pour les salariés alsaciens du privé, le texte est inapplicable en Alsace-Moselle, puisqu'il vient à l'encontre du droit local. L'article 616 du Code Civil local transposé dans l'actuel Code du Travail français stipule« Si l’absence du salarié ouvre droit au bénéfice de l’article L.1226-23, le maintien du salaire est dû dès le premier jour d’absence, donc sans délai de carence et sans conditions d’ancienneté » explique le texte de loi. « L’empêchement avancé par le salarié doit être lié directement ou indirectement à sa personne. Exemple : maladie personnelle ou maladie d’un proche ».

Le gouvernement ne prendra pas de dispositions pour exonerer les fonctionnaires alsaciens-mosellans de cette journée de carence.

Par ailleurs, l'Alsace-Moselle possède sa propre caisse d'assurance maladie, la seule de France ou le budget est équilibré alors que la caisse d'assurance maladie française est déficitaire de plusieurs milliards d'euros, à méditer !

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau