Espace membre

Rester connecté Mot de passe perdu ? | Créer un compte
 

 

 

logo-alsace.jpg

 

20. Faits du quartier

Les informations sont classé chronologiquement donc les plus récentes se trouvent en bas de page.

 

NOUVEL AN : DES INCIDENTS MAIS UNE NUIT PLUS CALME

Des incidents tels que feux de voitures, de poubelles, casse du mobilier urbain, des pompiers pris pour cibles sont à déplorer à la Montagne Verte. Mais rien de comparable à la précédente Saint-Sylvestre. Tous s’accordent à dire que la nuit a été plus calme que d’habitude malgré de nombreux incidents.

 

ARMAND JUNG DEMISSIONNE DU CG 67

Armand Jung a donné sa démission de son poste de conseiller général au président du Conseil Général du Bas-Rhin le 3 janvier 2011. Cela faisait 22 ans qu’il était le conseiller général du canton Strasbourg 9 (Koenigshoffen, Montagne Verte et Elsau). Il a annoncé sa démission pour se consacrer uniquement à son mandat de député de la 1ere circonscription du Bas-Rhin et en raison de la réforme des collectivité territoriales.

"Elu le 3 octobre 1988 en qualité de conseiller général du canton 9 de Strasbourg, je voudrais ici témoigner de mon attachement aux quartiers et aux habitants de Koenigshoffen, de l’Elsau et de la Montagne Verte qui m’ont régulièrement renouvelé leur soutien. Bien évidemment, comme député, je continuerai à les écouter et à me battre à leurs côtés" a déclaré Armand Jung.

Le canton de Strasbourg 9 ne devait pas être renouvelé lors des élections des 20 et 27 mars 2011, mais suite à la démission d’Armand Jung, le canton Strasbourg 9 sera bel et bien renouvelé, les électeurs concernés sont donc appelés aux urnes les 20 et 27 mars 2011.

 

IL VOLE LA VOITURE DU FOYER

Lors de la nuit du nouvel an, un adolescent de 16 ans a volé la voiture du foyer dans lequel il est placé, rue de l’Auberge de Jeunesse. Il a circule avec le véhicule en ville jusqu’au moment où il a croisé une patrouille de police qui a reconnu le véhicule grâce à sa plaque d’immatriculation administrative. Il a alors pris la fuite à pied, il a finalement été interpellé le 5 janvier au foyer et a été placé en garde à vue. Connue de la justice pour des vols de voitures et des délits routiers, à l’issue de sa garde à vue, il a été mis en examen par le juge des enfants et écroué au quartier des mineurs de la prison de l’Elsau.

 

VIOLENCES CONJUGALES : 1 AN FERME

Un trentenaire reconnu coupable de violences avec arme a été condamné à 1 an de prison ferme avec mandat de dépôt le 12 janvier.
Le 10 janvier, il s’est présenté ivre au domicile de son ex-compagne habitant rue des Foulons. Il a d’abord défoncé la porte d’entrée du logement, puis il a poussé son ex-compagne sur son lit et a tenté de l’étrangler avant d’aller chercher un couteau, armé du couteau, il a arrêté son geste juste avant de toucher la jeune femme. Il a recherché une arme avant de prendre la fuite.

La police l’a finalement interpellé à proximité de la station de tram Montagne Verte aux alentours de 22h. La victime s’est vu délivré 2 jours d’ITT.
Jugé en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel, le prévenu a nié l’utilisation d’un couteau et a déclaré "De toute façon, elle veut juste que je me fasse incarcérer", il justifie la casse de la porte d’entrée par "elle n’avait qu’à m’ouvrir". La jeune femme a déclaré "Je n’ose pas lui dire que j’ai envie de le quitter, parce qu’il me fait peur".

Le prévenu a déjà été condamné 4 fois pour des faits de violences, a fait 6 passages en psychiatrie et 2 cures pour l’alcoolisme.
finalement, cet homme de 37 ans a été condamné à 1 an de prison ferme avec mandat de dépôt. 

 

UNE PISTE CYCLABLE DEDIEE A CHARLY GROSSKOST

La piste cyclable qui longe le canal de la Bruche entre Eckbolsheim et le quai du Canal de la Bruche sera baptisée au nom de Charly Grosskost qui était un coureur cycliste alsacien né en 1944 à Eckbolsheim et mort en 2004 à Saverne. Il a remporté de nombreux titres tout au long de sa carrière.

 

LECLERC EXPRESS : MANIF CONTRE LA FERMETURE

Environ une centaine de personnes ont manifesté le 29 janvier devant le Leclerc Express de la Montagne Verte contre le projet de fermeture du magasin. Le magasin serait proche de la fermeture, ayant une perte franche de clients donc de chiffre d’affaire. Le problème que pose la fermeture est celui du commerce de proximité : ce magasin est le seul commerce de proximité pour la cité du Murhof, il faudrait alors parcourir plusieurs kilomètres pour trouver un autre magasin. Les personnes agées et les personnes sans voitures seraient alors très fortement pénalisés.
L’adjoint du quartier Eric Elkouby (PS) et Jean-Emmanuel Robert (UMP), tous les 2 en campagne pour les cantonales à la Montagne Verte étaient présent lors de la manifestation. 

 

ACCIDENT DE LA CIRCULATION : 2 POLICIERS BLESSES

Un véhicule de la police municipale de Strasbourg en intervention, avec gyrophares et sirène actionnés, a percuté un véhicule le 25 février vers 9h15 au carrefour de la route de Schirmeck et de la rue de la Tour Verte. Les 2 policiers présents dans la voiture (un homme de 28 ans et une femme de 31 ans) ont été légèrement blessés au dos et aux cervicales, ils ont été évacué au CHU de Hautepierre. Le conducteur du second véhicule, un homme agé de 48 ans s’en est sorti indemne.

 

IL ARRACHE LE SAC D’UNE OCTOGENAIRE

Un homme âgé de 38 ans a été déféré le 19 mars au parquet de Strasbourg pour un vol commis sur une personne vulnérable. Le 18 mars après-midi, le suspect a arraché le sac à main d’une dame âgée de 81 ans au niveau de l’arrêt de tramway Montagne Verte. La victime a chuté à terre. Elle a été secourue par un voisin. L’institut médico-légal de Strasbourg a relevé des blessures légères (moins de 24 heures d’incapacité totale de travail). Le voleur a été identifié grâce à la caméra placée dans le tram. Des clichés ont été diffusés par la police, ce qui a permis l’identification du fuyard et son interpellation par la police. Déjà connu de la justice pour des vols avec violences, il a reconnu son implication et a certifier assumer pleinement les faits.

 

MISE EN EXAMEN POUR VIOL

Jean-Marie Scheidecker, 31 ans, a été mis en examen le 25 mars à Strasbourg pour viol et placé en détention provisoire. Le 19 février, il aurait abusé d’une femme de 47 ans chez elle, dans le quartier de la Montagne Verte. La victime, qui a déposé plainte quatre jours après les faits, avait invité ce soir-là deux amis à son domicile. Ils étaient venus accompagnés du mis en cause, qu’elle ne connaissait pas. Tous trois étaient partis en fin de soirée, mais Jean-Michel Scheidecker serait retourné chez elle dans la nuit.
Il aurait pénétré une première fois dans le logement de la victime par un volet mal fermé. mais elle l’aurait chassé. Il serait revenu plus tard dans la nuit et lui aurait imposé un rapport sexuel. Jean-Michel Scheidecker a été interpellé le 23 mars et placé en garde à vue. Déjà connu de la justice pour des faits de violences et de menaces, il a d’abord nié les faits avant de les reconnaitre. Toutefois, il est revenu sur ses aveux le 25 mars devant le juge d’instruction, expliquant que le rapport sexuel était consenti.
Selon le parquet de Strasbourg, le témoignage d’une voisine, qui aurait entendu des cris la nuit des faits, corroborerait la version de la victime, sur laquelle des traces de coups ont par ailleurs été constatées. 

 

ERIC ELKOUBY ELU

Eric Elkouby (PS), a été élu conseiller général du canton de Strasbourg 9. Il a récolté 59,70 % des suffrages contre 40,30 % pour Jean-Emmanuel Robert (UMP), sur le quartier de la Montagne Verte, l’écart est plus grand, Elkouby faisant 63,25 % contre 36,75 % pour Robert. La Montagne Verte confirme donc son ancrage à gauche.
Voir notre page spéciale des élections

 

VIOLEE SUR LA PISTE CYCLABLE

Alors qu’elle rentrait à vélo à son domicile de Lingolsheim à l’issue d’une soirée passée à Strasbourg, le 26 mars vers 5 h 30, une femme de 32 ans a été abordée par un individu sur la piste cyclable de la route de Schirmeck, à la Montagne Verte. Elle a d’abord tenté de résister à son agresseur mais celui-ci n’a pas hésité à se montrer violent. Il a violé la victime sur la piste cyclable et a pris la fuite. L’auteur a été interpellé par la police samedi en fin d’après-midi. Il avait involontairement abandonné son téléphone portable sur les lieux de l’agression. Placé en garde à vue au commissariat central, le ghanéen de 20 ans, qui réside actuellement dans le quartier de la Montagne Verte, a reconnu les faits, il a indiqué qu’il était alcoolisé lors de son passage à l’acte.
Sa garde à vue a été prolongée de 24h, inconnu jusque là de la justice, le parquet de Strasbourg va ouvrir une information judiciaire pour viol à son encontre.

 

LE VIOLEUR PRESUME MIS EN EXAMEN

Le jeune homme de 20 ans, qui aurait agressé sexuellement une femme de 32 ans sur une piste cyclable de la Montagne Verte le 26 mars a été mis en examen pour viol. Le parquet de Strasbourg a requis le placement du suspect sous mandat de dépôt.

 

FEU D’APPARTEMENT : 2 BLESSES

Le 21 avril, vers 12h20, des habitants d’un immeuble de la rue des Foulons, à Strasbourg, ont fait appel aux pompiers après avoir senti une odeur de brûlé. A leur arrivée sur les lieux, les secours ont constaté que la cage d’escalier de l’immeuble de quatre étages était totalement envahie par la fumée. L’incendie provenait d’une buanderie située au deuxième étage.

Deux jeunes femmes de 23 et 28 ans, légèrement incommodées par les fumées, ont été examinées sur place. Leur état n’a cependant pas nécessité de transport à l’hôpital.

 

REUNION PUBLIQUE DE MI-MANDAT DU MAIRE

Roland Ries, maire de Strasbourg a effectué une réunion publique de mi-mandat le 21 avril au foyer Saint-Arbogast à la Montagne Verte. Cette réunion concernait les quartiers de la Montagne Verte, de l’Elsau et de Koenigshoffen.
Cette réunion qui n’était pas gagné d’avance pour le maire qui a su retourner la situation. Il faut dire qu’avec les nombreuses polémiques liées aux projets urbanistiques à Koenigshoffen, l’absence d’Eric Elkouby (adjoint du maire) qui est en désaccord complet sur le sujet, la polémique sur la date et le lieu choisi pour la réunion (jeudi saint) au foyer Saint-Arbogast, et la salle pleine de citoyens prêts à demander des comptes au maire.

Le Parc Naturel Urbain (Koenigshoffen, Montagne Verte, Elsau), la friche Québécor (Koenigshoffen), la circulation de la Route de Schirmeck (Montagne verte), la requalification du secteur Coudreuse-Corroyeurs (Montagne Verte), la tour du Schloessel (Koenigshoffen), la villa Schweitzer (Koenigshoffen), centre socio-culturel Camille Claus (Koenigshoffen), les campements des gens du voyage à Koenigshoffen, l’intégration des populations slaves et africaines, les jobs d’été à la CUS sont les plus gros sujets abordés lors de cette réunion.

Concernant le problème de la Route de Schirmeck, la circulation supplémentaire est dûe au développement incontrôlé de Lingolsheim et d’Ostwald, ou fleurissent de nombreux projets immobiliers, sans avoir pensé au trafic automobile. Roland Ries aurait souhaité une station du tram-train dans le quartier, mais cette station est laissée de côté faute de financements, quand à la liaison routière Ostwald-Baggersee qui permettrait de désengorger la route de Schirmeck, les riverains n’en veulent pas.

 

FEU DE CUISINE

Un incendie s’est déclenché dans la cuisine d’un appartement de la rue de Crastatt le 16 mai vers 12h30. A l’arrivée des pompiers, les 3 occupants du logement étaient sortis, le feu qui a été rapidement maitrisé est resté cantonné à la cuisinière.

 

CENTRE SOCIOCULTUREL : CHANGEMENT SURPRISE DE PRESIDENT

Le centre socioculturel de la Montagne Verte a récemment changé de président, et à la surprise général, s’est Jacques Barthel qui a été élu à la tête du CSC.

Jacques Barthel était un membre du bureau du CSC, il est également garagiste à la Montagne Verte, il est engagé dans diverses associations du quartier, il s’est présenté à plusieurs reprises à des élections sous l’étiquette Alternative Libérale ou encore sous l’étiquette UDF 67.

Le président sortant Philippe Krafft, n’a jamais caché son intention de quitter la présidence du CSC lorsque les nouveaux locaux seraient opérationnels, ce qui est chose faite depuis octobre 2010. La vice-présidente sortante, Marie-Béatrice Devidts, à qui les portes de la présidence semblaient ouvertes s’est inclinée le 28 avril face à Jacques Barthel qui totalise 9 voix contre 8 pour la vice-présidente sortante.

Le nouveau président du CSC a déjà un dossier épineux à traiter : celui du financement du CSC, car les nouveaux locaux nécessitent de nouveaux frais de fonctionnement et ni la Ville, ni la CAF, ni le conseil général ne souhaitent augmenter les subventions, par conséquent, des choix vont être faits, des sacrifices seront à faire pour arriver à l’équilibre financier à fait savoir Jacques Barthel.

 

DON D’UNE CAMIONNETTE AUX JMV

L’association d’insertion professionnelle Les Jardins de la Montagne Verte a reçu un don d’une camionnette. Cette camionnette remise par Electricité de Strasbourg, Fond’Actions Alsace et Alsace Activ 67 aux Jardins de la Montagne Verte servira à livrer les paniers hebdomadaires aux différents points de dépôts à travers la ville.

 

LA FETE DE QUARTIER ANNULEE

La fête de quartier organisée par le centre-socioculturel de la Montagne Verte a été annulée, elle devait avoir lieu le 18 juin. La fête prévue devant les nouveaux locaux du CSC au 10 rue d’Ostwald a été annulée, suite aux difficultés financières du CSC. 
Le CSC se retrouve en difficulté financière suite à l’exploitation simultanés des nouveaux locaux (au 10 rue d’Ostwald) et des anciens (au 1 quai de la Flassmatt) et le refus de la Ville d’une revalorisation de la subvention accordée au CSC, le refus de la Ville entraine par conséquent la même décision du Conséil Général, qui ne revalorise donc pas non plus la subvention qu’il accorde au CSC.

Autre conséquence des difficultés financières, 2 postes d’animateurs vont être supprimés d’ici quelques semaines.

 

EFFRACTION AU CAMPING

Trois jeunes gens agés de 16 et 17 ans ont été interpellé vers 3h35 dans la nuit du 18 au 19 juin à la suite d’une tentative de cambriolage dans la salle de massage du camping de la Montagne Verte. Un témoin qui a vu 2 individus tentant de pénétrer dans le local a donné l’alerte. La grille et la fenêtre portent des traces d’effraction.
Les 3 mis en cause ont été remis en liberté à l’issue de leur garde à vue, et sont convoqués devant le tribunal pour enfants le 30 juin. 

 

LYNCHAGE A COUPS DE CHAINE : 1 AN DE PRISON

Le jeudi 16 juin, le prévenu (jugé le 20 juin en comparution immédiate) a passé la soirée chez un couple d’amis rue de Crastatt à Strasbourg.
Après quelques bières et un diner détendu, les deux hommes ont continué à arroser la soirée, vers 23h la femme a entendu les 2 amis d’enfance se disputer, lorsqu’elle est entrée dans le salon, le prévenu était en train de se déchainer sur son compagnon à coups de pied, pour protéger son concubin, la femme s’est couchée sur lui, mais les coups continuaient de pleuvoir, le prévenu a alors utilisé une chaine metallique pour atteindre son adversaire à la tête.
La police prévenue par un voisin a mis fin à une scène de lynchage (mots employés par la représentante du ministère public), l’homme battu était inconscient et gisait dans une marre de sang. Examiné par un médecin-légiste, la victime a eu le nez cassé, 5 côtes fracturées et des hématomes sur tout le corps, il lui a été délivré une ITT de 4 jours.

Le prévenu qui a un gros problème d’alcool ne présentait jusque là aucun antécédent judiciaire, il a été condamné à 1 an de prison ferme avec mandat de dépôt lors de sa comparution immédiate.

 

LA FETE DE L’EAU ANNULEE

Le premier week-end de juillet, la fédération des associations de la Montagne-Verte (FAMV) avait coutume d’organiser une fête de l’eau, entre la passerelle de l’Illhof et la rue des Carolingiens. A court d’animations et à la recherche de nouvelles idées, la FAMV a décidé d’annuler la fête cette année, qui auarit été la 13e édition de la fête de l’eau.

La fête de l’eau a eu par le passé beaucoup d’animations : les petites fritures, les joutes nautiques des Dauphins d’Ostwald, les démonstrations de sauvetage aquatique, de modélisme, les nombreuses expositions en lien avec l’eau... Ce concept s’étant essouflé, le président de la FAMV avait pris contact avec des clubs d’aviron et de plongée et même avec le 1er Régiment du Génie pour une démonstration de montage et démontage de pont flottant, mais ses démarches sont restées vaines.

L’édition 2011 est donc annulée, Pascal Schlick, le président de la FAMV n’a pas abandonné l’idée d’une 13e édition en 2012. Il lance donc un appel aux bonnes volontés et surtout aux nouvelles idées !

En l’espace de 3 semaines, 2 fêtes majeures à la Montagne Verte ont été annulées pour des raisons différentes. Cela commence à faire beaucoup selon certains habitants du quartier.

 

FIN DU PLAN HIVERNAL : 3 FAMILLES A LA RUE

Dans le cadre du plan d’urgence hivernal, 38 personnes étaient encores hébergées aux 17 et 19 rue de Westhoffen. L’Etat a arrêté sa prise en charge en mai, la Ville de Strasbourg l’a poursuivi d’un mois, conséquence, les 38 personnes ont du quitter les logements le 30 juin. Sur les 38 personnes, 21 bénéficient encore d’une prise en charge, ces 3 familles vont être hébergée aux frais de l’association Regain. Les 3 autres familles (17 personnes) se retrouvent donc du jour au lendemain à la rue, sans solution de relogement. Les associations qui les ont accompagnés tout au long de l’hiver déplorent cette situation.

Quand à la barre HLM dans laquelle les familles étaient hébergées, elle sera détruite en septembre dans le cadre de la rénovation urbaine.

 

AUBERGE DE JEUNESSE : FERMETURE DEFINITIVE

L’auberge de jeunesse René-Cassin à la Montagne Verte a définitivement fermé ses portes le 30 juin 2011.

La fermeture est dûe principalement à 3 facteurs : la vétusté des bâtiments, l’auberge a été construite en 1959, les bâtiments ont beaucoup vieilli, le bar et la salle de jeux avaient déjà été fermés pour des raisons de sécurité. La rénovation-restructuration des bâtiments a été chiffrée à 11,5 millions d’euros, beaucoup trop onéreux pour l’établissement qui a un déficit total de 650 000 euros.
L’auberge ne répondait plus à la demande, ni aux attentes de la clientèle. L’établissement offait un ratio de 15m² par lit alors que la norme standard est de 18 ou 19m².
L’auberge qui avait une capacité d’accueil de 286 lits avait un taux d’occupation annuel de 35 %. Quand aux salariés (hors CDD) employés par la FUAJ, ils seront en partie redéployés à l’auberge de jeunesse des Deux-Rives, pour le l’autre partie, la FUAJ à proposé des solutions de mobilité à travers les 160 établissements français.

Tandis que les bâtiments seront vraisemblablement démolis début 2012, le terrain devrait ainsi permettre au camping de la Montagne Verte de s’agrandir et de se restructurer, il pourrait ainsi obtenir une nouvelle étoile qui attirerait une nouvelle clientèle dont la tendance est de privilégier les hôtels de plein air.

 

ENFERMES DANS LA PROPRIETE : ILS DEGRADENT LA PORTE

Deux jeunes hommes agés de 21 et 23 ans ont été placés en garde à vue pour des dégradations. Le 8 juillet, vers 16h30, ils ont pénétrés dans une coursuive afin de réparer leur scooter, route de Schirmeck. Une fois les travaux terminés, ils se sont aperçus qu’ils étaient enfermés dans la propriété, ils ont donc dégradé la porte pour quitter la propriété. Ils devront indemniser la victime pour les dégâts causés.

 

TRANSACTION D’HEROINE INTERROMPUE PAR LA POLICE

Le 27 juillet, peu après 15h, deux hommes agés de 28 et 35 ans ont été interpellé par l’unité VTT de la police dans le par Eugène-Imbs. Ils venaient de procéder à une transaction de 2,3g d’héroïne. Les perquisitions menées à leurs domiciles respectifs n’ont pas apportées d’éléments nouveaux Ils seront convoqués devant le tribunal correctionnel de Strasbourg le 7 septembre.

 

FUITE DE GAZ ROUTE DE SCHIRMECK

Le mardi 2 août, peu avant midi, un improtant dispositif de sécurité a été mis en place a la hauteur du centre de contrôle technique automobile pour une fuite de gaz.
Des travaux seraient à l’origine de l’incident. Une vingtaine de pompiers des casernes Ouest et Finkwiller s’est rendue sur les lieux, accompagnée par le SMUR, les services du gaz, les polices nationales et municipales qui ont stoppé la circulation dans les 2 sens pendant une demi-heure. 
Un périmètre de sécurité avait été établi et le gaz coupé dans tout le secteur, aucune évacuation n’a été nécessaire et aucun dégâts n’est à déplorer. 

 

ACCIDENT : UN BLESSE LEGER

Une jeune femme de 19 ans a été légèrement blessée lors d’une collision entre deux véhicule le 4 août vers 13h30, au niveau du 51 route de Schirmeck. Souffrant de douleurs cervicales, la victime a été transportée par les pompiers à la clinique Sainte-Odile pour y passer des examens de contrôle.  

 

PERCUTE ALORS QU’IL RENTRE DANS SON GARAGE

Un automobiliste a été percuté à l’arrière de son véhicule alors qui’il rentrait dans son garage route de Schirmeck à Strasbourg le jeudi 11 août 2011 vers 10h15. La passagère de la voiture agée de 71 ans a été légèrement blessée à la tête et évacuée par les pompiers au CHU de Hautepierre.
le conducteur de l’autre voiture en cause qui circulait en direction de Lingolsheim ne s’est pas arrêté après la collision. Son véhicule a été retrouvé plus loin et placé en fourrière.
Les policiers de la brigade des accidents et des délits routiers lancent un appel aux éventuels témoins qui peuvent se faire connaître au 03 90 23 17 08. 

 

VIOLENCES CONJUGALES

Un homme agé de 26 ans a été jugé le 23 août 2011 pour violences conjugales. Il est soupçonné d’avoir lancé differents projectiles sur sa compagne, puis de lui avoir porté des coups de poings au visage, dimanche 21 août à leur domicile situé quai du Murhof. La condamnation n’est pas encore connue.

 

SITUATION ABERRANTE A LA JONCTION LINGOLSHEIM - MONTAGNE VERTE

Les habitants de la rue de Custines et de l’Impasse Palissy ne diront pas le contraire : la situation de leurs rues est aberrante.

Située sur le ban communal de Lingolsheim, elles n’ont aucun lien physique avec cette commune, les deux rues lingolsheimoises sont séparées de leur commune par la voie de chemin de fer, et pour y accéder, il faut passer par la rue René-Laennec à la Montagne Verte. Arrivé au bout de la rue René-Laennec, aucun panneau n’annonce la sortie de Strasbourg et l’entrée de Lingolsheim, difficile pour les visiteurs de s’y retrouver.

Cette localisation entraine des situations grotesques : un facteur se déplace spécialement de Lingolsheim pour la distribution du courrier, un candidat aux élections cantonales à Strasbourg 9 fait campagne dans la rue de Custines, dont les habitants votent soit dit en passant à l’école des Mésanges située à l’autre bout de Lingolsheim et non à l’école Gutenberg de Strasbourg située à deux pas de chez eux. Quand aux livreurs, il ne trouvent jamais leurs rues.

Les dérogations scolaires qui sont demandées pour intégrer l’école Gutenberg à Strasbourg sont systématiquement accordées à indiqué Patrick Pincet, directeur de cabinet du maire de Strasbourg.

Avant la construction des lotissements, le maire de Lingolsheim Yves Bur avait introduit une demande de modification du ban communal "pour que ces terrains situés de l’autre côté de la voie ferrée, sans aucun lien physique avec Lingolsheim soient rattachés à Strasbourg". Le conseil municipal de Lingolsheim avait voté en ce sens en 1999, suivi par le conseil municipal de Strasbourg en 2002, mais entre-temps, des lotissement se sont construits sur ces terrains, compliquant très fortement le problème.

En effet, en l’absence d’habitants, une modification du ban communal peut s’effectuer par délibérations identiques des deux conseils municipaux, suivies par arrêté du ministère de l’Intérieur.
Lorsque les terrains sont habités, le processus est plus long et doit être ratifié dans le cadre d’une loi votée par le parlement puis promulguée par le Président de la République et publiée au Journal Officiel et attendre les décrets d’applications qui doivent subir le même chemin que la loi.

La rue de Custines et l’Impasse Bernard-Palissy sont donc loin d’être rattachées à Strasbourg.

 

UNE PECHE INHABITUELLE

Un lecteur des DNA avait signalé au quotidien régional l’activité inhabituelle d’un pêcheur à la Montagne Verte. Bernard Tissier habitant Strasbourg se demande si il ne s’agit pas du même pêcheur que celui qui a déposé ses prises présentes sur la photo ci-dessous, quai du Brulig à la Montagne Verte.

Quai-du-Brulig.jpg

 

RENTREE  A LA MONTAGNE VERTE

Le groupe scolaire du Gliesberg, situé en Zone d’Education Prioritaire (ZEP), rénové et agrandi il y a 11 ans n’a jamais été inauguré, pour causes d’échéances électorales puis de changement de municipalité.
Comme à chaque rentrée scolaire, le maire de Strasbourg rend visite à une école de la ville. Cette année, Roland Ries s’est donc rendu le 5 septembre au groupe scolaire du Gliesberg avec une délégation composée de Patrick Guichard, inspecteur d’académie, Eric Elkouby, adjoint au maire en charge de la Montagne Verte, Nicole Dreyer, adjointe au maire en charge de la vie scolaire et de membres de la direction de l’éducation.
La délégation a annoncée quelques changements dans l’école.

L’école maternelle Erckmann-Chatrian située elle aussi en ZEP a obtenu l’ouverture d’une classe supplémentaire grâce à la création d’un poste en plus.

 

VELO CONTRE BUS

Le mardi 6 septembre vers 8h30, après avoir été frôlée par un véhicule, une cycliste a perdu l’équilibre en essayant de monter sur le trottoir. Elle a heurté un bus de la CTS avant de tomber à terre. Blessée au coude, la femme de 37 ans a été évacuée au CHU de Hautepierre.

 

CONDUITE SANS PERMIS, REFUS D’OBTEMPERER, DELIT DE FUITE

Jugé le 6 septembre pour conduite sans permis, conduite sans assurance, refus d’obtempérer, délit de fuite, le quiquagénaire mis en cause a été condamné à 6 mois de prison ferme sans mandat de dépôt.
Le 17 décembre 2010, il avait circulé à proximité de la gare de Strasbourg en sens interdit puis dans une voie de bus, pris en chasse par la police, il refuse d’obtempérer et continue, arrête son véhicule et prend la fuite à pied avant d’être rattrapé 500m plus loin. Il conduisait malgré l’invalidation de son permis de conduire.
Le 27 août 2011, il est de nouveau contrôlé au volant de son véhicule par la police route de Schirmeck, alors que son permis est toujours invalidé.
Lors de son procès, il a nié tous les faits, mais n’a pas convaincu le tribunal qui l’a donc condamné. 

 

BRAQUAGE A MAIN ARMEE A LA POSTE

Mercredi 7 septembre vers 15h30, un individu s’est présenté au guichet du bureau de poste de la Montagne Verte rue de Friedolsheim. Il a menacé l’employée avec un révolver de gros calibre 357 Magnum pour se faire remettre la caisse. Le butin obtenu, il a rejoint son complice et ont pris la fuite à baord d’une moto puissante. L’alerte donnée par La Poste pendant le braquage a permis à la police d’arriver rapidement et en nombre sur les lieux.
Une patrouille de la BAC a repéré les deux hommes et les a pris en chasse. Les policiers ont interpellé les suspects rue d’Ostwald juste avant que le passager de la moto ne fasse feu, car il avait dégainé son arme.
Placés en garde à vue, les deux hommes agés de 29 et 48 ans sont déjà connus de la justice, l’ainé pour vol à main armé.
La guichetière du bureau de poste à été victime d’un malaise à la suite des faits et prise en charge par les pompiers.
Eric Elkouby adjoint au maire en carge de la Montagne Verte a aussitôt annoncé la fermeture pour le reste de la semaine du bureau de poste. Tout en félicitant les services de police, il a demandé au directeur départemental de la sécurité publique un renforcement de la sécurité autour de l’établissement. 

Deux heures plus tard, deux hommes armés ont fait irruption dans le magasin Intersport à Hautepierre. Aussitôt, le GIPN de Strasbourg boucle une partie du Parc des Poteries pour retrouver le second braqueur qui est en fuite, sans résultat. Le premier braqueur a été retrouvé immédiatement par la police.

 

BRAQUAGE DE LA POSTE : GARDES A VUE PROLONGEES

Les gardes à vue des deux suspects du braquage de La Poste ont été prolongées. Les deux hommes ont reconnus les faits. Ils s’étaient emparé d’un butin de 500 euros. L’ainé des deux a déjà été condamné à 4 reprises par des cours d’assises de la région parisienne. En 2002, il avait été condamné par la cour d’assises du Val-de-Marne à 15 ans de réclusion criminelle pour une serie de braquages à main armée.

 

BRAQUAGE DE LA POSTE : MISES EN EXAMEN

Les deux braqueurs présumés de La Poste ont été mis en examen le 9 septembre pour vol à main armée en récidive. Le parquet a requis leur placement sous mandat de dépôt.


VOL AVEC VIOLENCES

Un adolescent de 16 ans est soupçonné des deux vols dont ’lun avec violences le 7 septembre vers 18h45, rue de l’Auberge de Jeunesse. Le mineur placé en foyer a reconnu avoir frappé au visage un adolescent pour lui arracher son téléphone portable, il a ensuite dépouillé un autre mineur pour lui voler son lecteur MP3 sans faire usage de violence.
Placé en garde à vue, il s’est énervé et a frappé un policier au visage malgré ses menottes. Il sera déféré au parquet de Mulhouse, ville dont il est originaire. 

 

ARRET DE BUS AUBERGE DE JEUNESSE RENOMME

Suite à la fermeture définitve de l’auberge de jeunesse de la Montagne Verte, la CTS a par conséquent renommé l’arrêt de bus situé à proximité, il ne s’agit plus de l’arrêt "Auberge de Jeunesse", mais de l’arrêt "Camping" qui fait référence au camping de la Montagne Verte situé à coté des anciens locaux de l’auberge de jeunesse. Sont donc concernées les lignes de bus n°2, 13, 15.

 

TENTATIVE DE BRAQUAGE : 10 ANS DE PRISON

Kestutis Zubavicius a été condamné par défaut le 19 septembre 2011 à 10 ans de réclusion criminelle par la cour d’assises du Bas-Rhin pour avoir tenté de braquer le gérant de la station Total, route de Schirmeck à Strasbourg, le 23 février 2006.

Ce matin-là, la victime était agressée par deux individus cagoulés et armés, qui la forçaient à révéler l’emplacement du coffre. Le gérant parvenait à faire chuter l’un de ses agresseurs. Le second voleur tirait alors plusieurs coups de feu dans sa direction sans l’atteindre. La victime essuyait plusieurs coups, avant que les suspects ne quittent son commerce.
L’accusé a été identifié grâce à son ADN, retrouvé sur la cagoule arrachée par la victime. Il est sous le coup d’un mandat d’arrêt. L’avocat général, Lidya pflug avait requis 10 ans d’emprisonnement.

 

FETE D’AUTOMNE : UNE REUSSITE !

Dimanche 25 septembre à eu lieu la fête d’automne, place d’Ostwald à la Montagne Verte pour sa 3e édition. Cette fête a été mise sur pied par le comité des fêtes du quartier et plus particulièrement par les retraités et les séniors, porteurs de ce projet cette année.

Une quinzaine de stands associatifs centuraient la place tandis que sur scène le country line dance de Holtzheim et le groupe Texas Sidestep ont ravi le public avec une ambiance country. Les prix du concours "Je fleuris ma ville" ont été remis, en même temps, on pouvait déguster du vin nouveau.

Etaient présents pour constater l’essor grandissant de cette fête quelques élus : Eric Elkouby, Armand Jung, Jean-Jacques Gsell, Annick Neff, Paul Meyer et Martine Jung. Au total, près d’un millier de personnes ont participé à cette édition de la fête d’automne.

 

SANS PERMIS EN RECIDIVE

Une automobiliste a été jugée et condamnée le 4 octobre pour la conduite en récidive d’un véhicule malgré l’annulation de son permis de conduire. Le 2 octobre, cette mère de famille de 5 enfants a été contrôlée au volant de sa voiture route de Schirmeck à Strasbourg. Pour tenter déchapper aux poursuites, elle a donné le nom de sa soeur aux policiers.

Elle a été condamnée à 2 mois de prison ferme et à la confiscation de son véhicule.

 

UN SCOOTER QUI PEUT ATTEINDRE LES 116 KM/H

Le 4 octobre à 10h, les policiers de la bribgade de contrôle technique on stoppé un homme d’une trentaine d’années qui circulait sur un scooter 50 cm3 à l’échappement bruyant, route de Schirmeck à la Montagne Verte. Placé sur un curvomètre (appareil permettant de mesurer la puissance d’un cyclomoteur), le deux-roues de marque Beta affichait une vitesse maximale de 116 km/h, alors qu’il est censé être bridé à 45 km/h.
Le contrevenant qui a déclaré avoir acheté l’engin débridé, a 40 jours pour remettre son scooter aux normes, sans quoi il s’expose à une amende de 4e classe.

 

UNE REUNION SUR LA GESTION DES COURS D’EAU A LA MONTAGNE VERTE ?

Lors de la séance pléinière du conseil général du 19 septembre, le conseiller général du canton de Strasbourg 9, Eric Elkouby, a abordé le dossier du passage du schéma d’aménagement de gestion et d’entretien écologique des cours d’eau (SAGEECE) au schéma d’aménagement et de gestion des eaux (SAGE, plus contraignant). Il a insisté sur la nécessité de ce passage et pour que lors des prochaines réunions du SAGEECE du bassin Bruche-Mossig, l’une d’entre elles ait lieu à Strasbourg et plus précisément dans le quartier de la Montagne Verte, dont il est l’élu...
En effet, rappelle-t-il, ce quartier est sujet aux inondations et ses habitants ont "souffert de leurs conséquences". 

 

UNE AUTO-ECOLE PERCUTEE

Une voiture auto-école a été percutée par l'arrière par un autre véhicule le 12 octobre vers 11h, à l'angle de la rue de la Rivière et de la Route de Schirmeck à Strasbourg. Le moniteur agé de 30 ans a été légèrement blessé aux cervicales et transporté au CHU de Hautepierre.

 

INCENDIE PAR DEPIT AMOUREUX

Deux adolescents de 16 et 17 ans ont été déféré le 24 octobre devant le juge des enfants pour destruction par moyens dangereux.
Le 23 octobre à 20h45, des policiers de l'unité canine patrouillaient route de Schirmeck à Strasbourg lorsqu'ils ont entendu une détonation. Ils ont aussitôt aperçus deux jeunes qui prenaient la fuite, les suspects ont été rattrapés. Le plus jeune a avoué avoir organisé une expédition pour se venger d'une jeune fille qui ne voulait pas de lui.
Il s'est rendu avec un copain au domicile de la demoiselle et a jeté un cocktail molotov sur ce qu'il pensait être son balcon. Malheureusement pour un voisin, il s'est trompé. Le balcon et la façade ont été noircis suite à l'embrasement d'une poussette et de divers petits objets. Aucun blessé n'est à déplorer.
Les deux jeunes ont été placés sous contrôle judiciaire, ont l'interdiction d'aller au domicile familial de la jeune fille et ont l'obligation de suivre une formation.

 

LA COMMUNAUTE EMMAUS A FETE SES 40 ANS

Le dimanche 9 octobre 2011, la communauté Emmaüs de Strasbourg a fêté ses 40 ans en comité restreint. Durant des décenies, elle a accueilli 2 000 compagnons et consacré l'équivalent de 3 millions d'euros à des actions de solidarité. Sans le savoir, elle fût aussi parmi les précurseurs en matière de recyclage. Grâce à ses ventes, elle permet aux personnes ayant des petits budgets de s'équiper en meubles, jouets, vélo et bien d'autres choses encore.

Un hangar squatté par 19 compagnons, dans le quartier du Wacken à Strasbourg. C'est là que la communauté Emmaüs de Strasbourg est née en septembre 1971, grâce au soutien des communautés de Cernay et Metz et de bénévoles issus des milieux syndicaux et chrétiens.
"Le maire Pierre Pflimlin était un ami de l'abbé Pierre, qui fût député de son parti (le MPR), il a protégé Emmaüs" raconte Pierre Wenner, directeur adjoint d'Emmaüs Strasbourg depuis 1976. "Quand un horticulteur de la Montagne Verte a pris sa retraite en 1972, la ville a préempté sa propriété et l'a proposée à la communauté sous bail emphytéotique". Petit à petit, les lieux qui ont subi un important incendie en 1974 et d'autres incendies à répétition durant les années 2000 ont été modifiés et accueillent aujourd'hui 41 compagnons. 

Leur travail permet de financer des actions locales, nationales et internationales. "En 40 ans, on estime à 3 millions d'euros les dons d'Emmaüs Strasbourg en argent ou en matériel" souligne Dominique Freund, le directeur de la communauté. Mais il fait surtout vivre la communauté de manière autonome (elle ne touche pas de subventions). L'une des 3 règles fondamentales énonce : "Jamais nous n'accepterons que notre subsistance dépende d'autre chose que notre travail".
Ainsi, si chaque soir,  à partir de 17h30 les compagnons sont libres de mener leur vie, ils doivent avant cela travailler pour la communauté : assurer la collecte, le tri, le démantèlement. En échange, ils sont nourris, logés, habillés, blanchis, soignés et reçoivent 320€ chque mois. Bien entendu, la communauté paye des cotisation sociales, les compagnons bénéficient de la sécurité sociale et leurs trimestres sont validés pour leur retraite.

"Il faut 6 ans au minimum aux personnes que l'on accueille pour se remettre debout, en dessous, c'est du leurre" affirme Dominique Freund.

Sur les 2 600 tonnes des objets collectés par Emmaüs Strasbourg chaque année, seules 900 tonnes partent à la décharge ou à l'incinération, près de 2/3 des collectent sont donc revalorisée : la vente de meubles, livres, jouets vétements... au grand public et la revente du papier, carton, cartouches d'encre, des metaux auprès des entreprises spécialisées. Par nécessité, la communauté pratiquait le recyclage et la valorisation des déchets bien avant qu'ils deviennent des préoccupations majeures de notre société.

 

PIERRE OZENE S'INVITE AU CONSEIL DE QUARTIER

L'ancien candidat Europe-Ecologie-Les Verts dans le canton de Strasbourg 9 : Koenigshoffen, Montagne Verte, Elsau) s'est invité à la réunion pléinière du conseil de quartier le 25 octobre. Il a été invité par l'assemblée plénière a quitté la réunion, chose qu'il a faite sans aucun incident. Selon lui, il a été invité par les nouveaux membres du conseil de quartier. Mais la procédure de "tuilage" qui permet de siéger à la demande des nouveaux membres pour une réunion n'a pas été lancé, donc, il n'avait pas le droit de siéger à cette réunion.

 

LE MEURTRE DE MONIQUE TARTARET JUGE

Le procès du meurtrier présumé de Monique Tartaret s'ouvrira le 22 novembre devant la cour d'assise du Bas-Rhin. L'accusé Mohamed Bouhalfaya est poursuivi pour homicide volontaire. Il est soupçonné d'avoir tué Monique Tartaret puis brûlé son corps en novembre 2008 à la Montagne Verte.

 

MOHAMED BOUHALFAYA CONDAMNE A 25 ANS DE PRISON

Mohamed Bouhalfaya a été reconnu coupable du meurtre de Monique Tartaret en 2008 à la Montagne Verte. Il a donc été condamné à 25 ans de réclusion criminelle assorti d'une période de sûreté de 16 ans. Tous les détails du procès sur notre page spéciale.

 

DEUX IMMEUBLES COMPLETEMENT DELABRES

Rue de l'Elmerforst, deux barres d'immeubles promises à la démolition abritent des locataires qui vivent dans des conditions éprouvantes. CUS Habitat a relogé environ la moitié des 48 familles qui l'occupaient.

 

Face à l'arrêt de tram Elmerforst, les deux immeubles semblent à l'abondon. Pourtant, une vingtaine de familles vivent encore de part et d'autre de cages d'escaliers couvertes de tags et de graffitis obscènes. Mégots et autres immondices trainent, sans parler de l'odeur de l'urine qui envahit les lieux. En montant les escaliers, on découvres des portes d'appartement condamnées... et d'autres qui s'ouvrent quand on frappe 3 coups (la plupart des sonnettes sont cassées).


Le contraste est saisissant entre les appartements et le reste de l'immeuble. Les locataires font de leur mieux pour maintenir leurs logements dans un état impeccable malgré les problèmes de moisissures, de froid, d'humidité. Les fenêtres sont en double vitrage, mais ne sont pas étanches, les murs n'assurent aucune protection contre le froid et l'humidité qui passent à travers, les convecteurs électriques qui datent des années 70 ne parviennent pas à lutter contre tout ça, les factures d'électricité s'envolent : 1700 € pour certains locataires, d'autres parlent de 1900 €.

 

Un loyer de 420 € pour un petit 5 pièces, les locataires touchent environ 380 € d'allocation logement, certains locataires refusent désormais de payer comme Angela, jeune mère seule avec 2 enfants qui ne supporte plus les pigeons et leurs fientes qu'ils laissent dans son couloir. Elle demande simplement que la fenêtre de son couloir soit réparée. Quand au courrier, Angela se le fait déposer chez sa mère qui habite aussi à la Montagne Verte, car il y a trop de risque qu'il disparaisse dans sa boite aux lettres. Angela désigne aussi son fils de 3 ans et demi, né grand prématuré, elle a suivi une formation pour s'occuper de lui, mais quand les medecins ont vu l'immeuble, ils ont refusé d'installer les appareils médicaux, "Mon fils a passé un an et demi à l'hôpital de Hautepierre" témoigne-t-elle.

 

Quand à l'immeuble en lui-même, il est dangereux, la porte d'entrée ne ferme plus, n'importe, qui entre et sort, vient fumer du cannabis ou vendre de la drogue. Les caves ont été condamnées a causes des trafics .Les jeunes gens étrangers à l'immeuble semblent s'être approprié les lieux affichant un total mépris pour les habitants. Au point de faire leurs besoins ou de vomir dans les couloirs. 

 

La démolition des 2 immeubles interviendra probablement au premier trimestre 2013. Mais "à la fin du premier trimestre 2012, tout le monde devra être relogé", indique Philippe Bies, président du CUS Habitat. Dans la perspective de la démolition, le bailleur a-t-il abandonné ses locataires et l'entretien des immeubles ? "Non, il y a des interventions régulières, les portes d'entrée, les serrures sont régulièrement réparées" affirme Philippe Bies.

La décision de démolir (pour reconstruire de l'habitat social) a été prise en mars 2010. "On démolit rarement hors secteur de rénovation urbaine, cela coûte très cher. Mais compte tenu de la situation de ce patrimoine, on a fait ce choix, souligne le président de CUS Habitat. Ce site a été longtemps laissé à l'abandon. Pour en arriver là, il a fallu une lente dérive. Je suis allé sur place, je n'avais jamais vu cela auparavant, ou peut-être au Ballersdorf (au Neuhof)".

 

PLAN D'URGENCE HIVERNAL : L'AUBERGE DE JEUNESSE REOUVERTE

"Pour pallier la défaillance de l'Etat" dixit Philippe Bies, adjoint au maire de Strasbourg, la municipalité à ouvert aux sans-abri isolés le bâtiment A de l'ancienne auberge de jeunesse René Cassin à la Montagne Verte. Financés intégralement par la Ville et la CUS, 45 lits gérés par l'association Antenne, devraient être opérationnels d'ici janvier.

La préfecture ayant décidé cette année de durcir considérablement sa politique envers les sans-abri (priorité aux familles, réduction du nombre de places ouvertes jusqu'au 31 mars, déclenchement tardif du plan hivernal), la ville de Strasbourg prend donc le relais en ouvrant l'ancienne auberge de jeunesse, montant de l'opération 100 000 euros financés par la Ville de Strasbourg et la CUS, la gestion du site étant confiée à l'association Antenne.

Le 21 décembre, 20 lits ont été ouverts, fin décembre 25 lits de plus seront ouverts portant le nombre de places disponibles à 45.

Philippe Bies à qualifié "d'inacceptable" la politique préfectorale, ajoutant que cette décision de la Ville a été prise "pour pallier la défaillance de l'Etat". "C'est risqué de compenser le désengagement de l'Etat. Mais nous faisons cet effort au nom du devoir de solidarité. Et nous espérons que d'ici l'hiver prochain, une autre politique sera mise en oeuvre" a précisé Philippe Bies. La préfecture ne souhaite pas commenter l'affaire.

En cas de grand froid, la Ville a prévue d'ouvrir 40 places supplémentaires dans l'ancienne crèche relais de la rue d'Or.

 

COLLISION AVEC UN DEUX-ROUES : 1 BLESSE

Un deux-roues a été percuté le 23 décembre vers 15h15, route de Schirmeck à Strasbourg. Le conducteur du scooter, un jeune homme de 19 ans, a été légèrement blessé. Il a été transporté à l'hôpital par les pompiers de Finkwiller.

 

LES MURS ONT TREMBLE

Le 27 décembre, peu après 21h, les sapeurs-pompiers sont intervenus au 65 et 67 route de Schirmeck à Strasbourg. Une habitante ayant ressenti une secousse craignait que l'immeuble ne s'effondre. La vingtaine d'occupants du bâtiment a été momentanément évacuée, le temps que les pompiers procèdent aux reconnaissances d'usage. Tous onjt pu réintégrer leurs logements dans la soirée. Le 28 décembre, un expert de la police du bâtiment s'est rendu sur place. Il n'a constaté aucune fissure.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau